LAZAREFF

Bien sûr, il y a eu le rock, celui des guitares acérées, énervées, saturées. Celui des copains, des bières, des filles. Celui de la fureur de vivre, de la fureur de dire. La musique comme un cri. Puis il y a eu la guitare acoustique, celle des ballades feutrées, des accents folk. Celle de la mélancolie, du vin, d’une fille. Celle de la douceur de vivre, de la douceur de dire. La musique comme une poésie. Un an d’exil en Angleterre, où Alexandre comprend qu’il n’y a aucune règle, que la musique doit régner en Reine, et la création s’affranchir des contraintes. A son retour en France, Alexandre devient Lazareff, comme une résurrection. Il collabore avec l’artiste Richie Faret au sein du projet Tailleurs2costards et commencent en parallèle à travailler son projet solo. Aujourd’hui, il y a les machines, celles d’une modernité assumée, d’un héritage assumé. Celles de la maturité, du regard distancié. Celles de l’urgence de vivre, de l’urgence de dire. La musique comme un poing levé.

Pin It on Pinterest

Share This